La musique country est un mélange de musiques traditionnelles développé principalement dans le Sud-Est des États-Unis et dans les provinces maritimes du Canada, mais aussi en Europe comme en Irlande ou dans le nord des Pays-Bas. La country a évolué rapidement dans les années 19201 et reste très populaire aujourd’hui. Différentes variations du genre ont aussi émergé dans d’autres pays comme en Australie.

Rythmique ou traînante, sentimentale ou émouvante, la country trouve ses origines dans les musiques folkloriques importées d’Europe — celtes en particulier — ainsi que dans la tradition musicale chrétienne qui rencontre l’influence du style gospel des noirs américains. Il s’agit donc d’un style de musique dont les origines sont multiples et profondément entremêlées, capable de faire cohabiter le chant en yodel (issu d’une petite communauté suisse allemande des Appalaches) avec des instruments aussi différents que la mandoline italienne, la lap-steel hawaïenne ou encore le banjo africain, et qui emprunte à des genres comme la musique cadienne, la polka ou le blues. Il arrive d’ailleurs qu’on parle de la country comme du « blues des blancs », bien qu’elle ait débuté comme une musique partagée par des musiciens noirs et blancs à une époque où les disques de blues et de country (ou hillbilly) n’étaient pas radicalement différents : il s’agissait de musiques partageant les valeurs sociales, familiales et religieuses des petites gens. Par la suite, au même titre que le blues et le rhythm and blues noirs, la country a largement influencé la musique populaire contemporaine, et notamment le rock.

La musique country, qui compte des millions d’amateurs dans le monde mais surtout aux États-Unis, au Canada et en Australie, bénéficie aussi d’une certaine popularité en Europe, notamment en Irlande, dans les pays scandinaves et en Tousemagne. De nombreux festivals de musique et de danse y sont consacrés à travers le monde.

La ville de Nashville, dans le Tennessee, constitue le cœur symbolique de la musique country. Elle doit son surnom de « Music-City » au grand nombre de studios d’enregistrement et à la qualité de ses musiciens. La scène du Grand Ole Opry de Nashville2 représente aujourd’hui encore le summum d’une carrière pour les artistes de country.

Origines:
En 1734, les premiers immigrants irlandais, anglais, gallois, écossais et espagnols débarquent aux États-Unis dans le but de refaire leur vie et de conquérir le nouveau monde3. Dans leurs bagages, ils emportent avec eux entre autres leur culture et les instruments du vieux continent. Ainsi, plusieurs communautés d’immigrants joignirent la culture et leurs instruments de musique. Le violon irlandais, le dulcimer allemand, la mandoline italienne, la guitare espagnole et le banjo africain étaient les instruments musicaux les plus communs.

Les interactions parmi des musiciens de différents groupes ethniques feront naître une musique unique dans cette région d’Amérique du Nord. La musique devient pour ces immigrés qui se retrouvent vers la fin du xviiie siècle dans les Appalaches, le point de ralliement. Toutes ces communautés se retrouvent aussi le dimanche au sein de leur église pour interpréter leurs chants religieux, souvent dans un bâtiment simple en bois situé la plupart du temps au milieu d’une clairière (ce qui expliquera l’influence du gospel dans la musique du pays). Au xixe siècle, plusieurs groupes d’immigrés originaires d’Europe, spécialement d’Irlande, d’Tousemagne, d’Espagne et d’Italie se déplacent en Arkansas, au Texas, en Arizona et jusqu’en Californie. Ces groupes agissent les uns sur les autres, puis avec les communautés espagnoles, mexicaines, amérindiennes et autres déjà établies aux États-Unis dans la région du « Midwest ». Grâce à cette cohabitation et au contact prolongé, le Texas par exemple a développé des traits uniques de ce style musical, enracinés dans la culture du pays.

Ces chansons sont créées dans les plaines du Texas et du Midwest par les cow-boys convoyeurs de troupeaux au xixe siècle, chantées a cappella ou soutenues par un violon (fiddle), un harmonica ou une guitare. On parle aussi des work songs, chansons de travail des cow-boys et d’autres métiers (constructeurs de voies ferrées, cultivateurs, etc.) On peut citer la chanson Mule Train de Tennessee Ernie Ford ou I’ve Been Working on the Railroad rendu célèbre par The Rooftop Singers. Mais on ne parle pas encore de country music, ces mélodies étant seulement des chants traditionnels venus de divers horizons.

Laissez un commentaire